LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021

Publié le par LB

LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021
LA MARCHE DU 29 JUILLET 2021

Nous avons parcouru 6,450 kilomètres jeudi dernier lors de notre petite marche. Nous étions trois, Bernard, Luc et Nicole pour ce périple qui a débuté à 9h00 précise au départ de l'église de GARENNES SUR EURE. Direction le silo de BUEIL pour garer la voiture et démarrer notre randonnée pour nous rendre à l'étang de cette commune. Pour une fois, en ce mois de juillet pluvieux, le soleil était au rendez-vous. Nous avons rencontré des pécheurs et découvert comme lors de toutes nos sorties le monde étonnant de la nature avec des arbres sculptés par le temps, des champs moissonnés et quelques animaux comme cette vipère qui la tête relevée vers le ciel profitait des rayons du soleil pour se détendre.

La grande marche du matin était composée d'une dizaine de personnes. Pour les randonneurs de 14h00, j'ai juste un beau cliché d'une belle grappe de raisin envoyé par Martine pour compléter notre petit album de ces nouvelles aventures du jeudi.

La Vipère aspic, qui supporte difficilement le froid, hiberne en attendant le mois de mars pour se reproduire. Elle recherche les endroits chauds pour dégourdir son corps à sang froid, convoitant les massifs rocailleux, broussailleux, pentus ou parfois les lisières, les haies et les tas de pierres en plaine. Bien qu’elle soit venimeuse, comme les autres serpents du genre Vipera, la vipère cherche avant tout à fuir lorsqu’elle est en danger. Mais face à un prédateur inévitable, elle se mettra en boule et se défendra d’une potentielle attaque en sifflant avant se lancer comme un ressort contre son agresseur.

 

n

Publié dans Nos marches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article